ActusLa vinificationLe travail de la vigneMéthode Champenoise

Le flaconnage en Champagne

Vous ne connaitrez pas un vin sur Terre qui puisse se décliner dans des formats aussi variés … C’est une des particularités du roi des vins et loin d’être la seule !

Vous connaissez bien sûr la bouteille, le magnum et peut-être le jéroboam, mais quelle restriction parmi toutes les possibilités ! Seule certitude, ces noms intriguent et amusent.

Les différents formats:

On trouve en Champagne 15 formats différents, allant de 0,09 litre à 30 litres. On peut les diviser en 3 catégories distinctes pour y voir plus clair :

  • (Le Huitième : 9.4 cl)
  • Le Quart : 20 cl 
  • (La Chopine : 25 cl)
  • La Demi-bouteille ou Fillette : 37,5 cl
  • La Medium / Pinte : 50 cl


  • La Bouteille standard ou Champenoise : 75 cl 
  • Le Magnum : 1,5 l (2 bouteilles)
  • Le Jéroboam : 3 l (4 bouteilles)
  • Le Rehoboam : 4.5 l (6 bouteilles)

  • Le Mathusalem : 6 l (8 bouteilles)
  • Le Salmanazar : 9 l (12 bouteilles)
  • Le Balthazar : 12 l (16 bouteilles)
  • Le Nabuchodonosor : 15 l (20 bouteilles)
  • Le Salomon : 18 l (24 bouteilles, 43 kg, 85 cm de haut)
  • Le Souverain : 26,25 l (35 bouteilles)
  • Le Primat : 27 l (36 bouteilles, 65 kg, 1 mètre de haut)
  • Le Melchisédech ou Midas : 30 l (40 bouteilles)

On ne peut pas dire la première catégorie soit beaucoup commercialisée : Le quart, la demie et la pinte sont principalement vendus aux restaurants, aux détaillants de vin et aux compagnies aériennes et maritimes, même si la demie est celle ayant le
plus de succès. Le Huitième ne s’échange quasiment qu’entre collectionneurs : Ces petites bouteilles ont été expédiées il y a quelques années aux militaires américains afin de leur faire déguster les grands vins français.

La deuxième catégorie représente les flaconnages les plus connus et les plus vendus à travers le monde.

Enfin, les Champenois ont décliné des formats allant jusqu’au gigantisme, beaucoup plus rares et commandés pour des moments très particuliers : Un gros flacon de Champagne reste un cadeau exceptionnel pour une occasion exceptionnelle. Ces grands flaconnages à partir du Réhoboam ne sont plus produits de manière industrielle. Donc au-delà du format bouteille, seuls les magnums, voire les Jéroboams, vieillissent en cave dans le contenant. 

Ce qu’il faut savoir :

  • le prix d’achat du flacon vide, de fabrication artisanale, atteint déjà à lui seul un prix très élevé. 
  • dans les grands flacons, le vieillissement du vin est plus lent.
  • Le défi pour les grandes bouteilles est de savoir les servir dans les délicates flutes sans en renverser ! Un grand contenant est lourd et est volumineux. Il faut généralement être à deux pour servir (Le melchisédec pèse 54 kg lorsqu’il est plein !)
  • Autre défi : Il est aussi difficile de trouver l’endroit où conserver ces flacons volumineux au frais. 
  • Si vous souhaitez commander un flacon supérieur au Magnum, sachez que toutes les maisons ne les produisent pas. Renseignez-vous au préalable, et sachez qu’un flaconnage particulier se commande à l’avance. 

Concernant la Maison Jean-Louis Chauré, vous pouvez commander demie, magnum & jéroboam sans délais, dans la cuvée brut.

Différents formats de bouteilles chez Jean Louis Chauré

Origine des noms de flacons

L’origine des noms est principalement biblique, et elle remonte à la nuit des temps ! Sans trouver une explication précise, ces noms ont été empruntés à de grands personnages de l’histoire. De là à attribuer à chaque contenant le nom d’un roi de la Perse ancienne, il n’y avait qu’un pas, que les Champenois auraient franchi à la fin du XIXe siècle. Et plus la taille monte, plus les noms redoublent d’extravagance !

  • Le Magnum tire son origine du mot latin magnum qui signifie  « grand ». Il serait connu depuis la fin du XVIIIe.
  • Le Jéroboam doit son nom à Jéroboam Ier qui est un personnage du premier livre des Rois, qui fait partie de la Bible. C’est le fondateur du royaume d’Israël du nord et le premier roi d’Israël de -931 à -910, après le schisme politique et religieux qu’il a provoqué.
  • Le Mathusalem symbolise la longévité. Il tire son nom du personnage le plus âgé de l’ancien testament. Mathusalem aurait en effet vécu 969 ans. Il était l’aïeul de Noé, l’homme qui survécut au Déluge et qui mériterait que son nom soit donné à une bouteille, puisqu’on lui attribue la plantation des premières vignes.
  • Le Salmanasar, roi d’Assyrie, est célèbre pour ses batailles contre les Babyloniens, ou les royaumes Araméens qu’il ne put faire tomber, mais qui a laissé une réputation de grand bâtisseur
  • Le Balthazar cité dans la Bible est le dernier roi de Babylone (539 av. J.C.) qui fut vaincu par Cyrus, le roi des Perses, alors qu’il passait ses nuits à festoyer pendant le siège. Il nous en est resté l’expression “festin de Balthazar” pour qualifier un repas somptueux.
  • Nabuchodonosor II, dit “le Grand” était roi de l’Empire néo-babylonien entre 605 et 562 av. J.-C. Il a régné sur le plus vaste empire qu’ait dominé Babylone, ville où il a fait ériger de nombreux monuments. On lui a imputé quelque temps les jardins suspendus de Babylone, comptant parmi les Sept Merveilles du monde. Il fit de Babylone la métropole du monde occidental et c’est lui qui s’empara de Jérusalem dont il exila la population. Ce flacon fut le plus grand encore récemment, avant que des négociants conçurent depuis peu des dimensions plus démesurées encore (Salomon, Souverain, Primat et Melchidézec).
  • Salomon est également un personnage de la Bible. Il y est présenté comme un prophète et roi d’Israël réputé pour sa richesse et sa sagesse. 
  • Si le Souverain à une taille spectaculaire, la bouteille ne porte pas un nom biblique, contrairement à ses sœurs, c’est la première bouteille de ce genre qui fut conçue par Taittinger pour le baptême du plus grand paquebot au monde « Sovereign of the sea » le 16 janvier 1988.
  • Le Primat tire son nom du latin signifiant « de premier ordre » au sens des ecclésiastiques d’ordre supérieur, et a été créé par la Maison de Champagne Drappier. Quant au Melchisédech, il fait un retour à la tradition de Babylone. Il aurait été utilisé pour la première fois en 1999 pour ce qui était alors la plus grosse bouteille jamais produite (Maison Drappier également). Cette vasque géante porte le nom d’un personnage énigmatique de l’Histoire Sainte, roi de Salem.

Voilà l’histoire de ces bouteilles mystérieuses qui participent au mythe du Champagne. Une association entre le côté festif de ce vin et l’attribution de noms guerriers saute aux yeux. Anecdote ou réelle signification, il semble que le voile n’est pas prêt de tomber. N’hésitez pas à commenter cet article plus bas, dans les commentaires !

Carine CHARLIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.